LA SITUATION POLITIQUE EN IRLANDE

L’Irlande est engagée dans le processus européen depuis 1973. Elle est le seul pays ayant eu recours au référendum pour la ratification du traité de Lisbonne. L’Irlande a présidé le Conseil de l’Union Européenne au premier semestre 2013, l’opportunité pour ce pays fréquemment qualifié de “bon élève” d’utiliser cette fonction pour promouvoir la croissance et l’emploi. Les résultats obtenus ont confirmé l’image sérieuse d’un pays apte à susciter le consensus indispensable à l’aboutissement d’un grand nombre de dossiers. creation société irlande

LE RÉGIME FISCAL IRLANDAIS

Aucun capital n’est nécessaire pour la constitution d’une société.

L’impôt irlandais sur les sociétés, à 12,5%, reste un élément central de la stratégie d’attraction et de maintien des investissements directs étrangers (parmi les secteurs concernés: pharmacie, informatique et services financiers). Pour faire face aux pressions sur la fiscalité des Européens, le gouvernement rappelle à ses partenaires européens les garanties obtenues en amont du référendum irlandais sur le Traité de Lisbonne de 2009. Elles ont été validées et concernent particulièrement la politique fiscale.

Le gouvernement a, de plus, l’intention de prononcer une loi astreignant toute entreprise s’installant sur le territoire à détenir une résidence fiscale.

De grandes multinationales, notamment anglaises et américaines, ont installé leur siège social en Irlande, attirées par le faible taux de fiscalité.

Le 7 novembre 2013, l’annonce du respect par l’Irlande des objectifs déterminés par l’aide de la BCE, du FMI et de la Commission Européenne a été faite. Le 15 décembre de la même année le pays est enfin sorti du plan d’aide et marque son retour total sur les marchés financiers. L’Irlande a ainsi accumulé une réserve de 25 milliards d’Euros, renonçant donc au filet de sécurité envisagé.

La reprise économique est effective, mais reste fragile. La croissance a repris au 2ème trimestre 2013 (+0,4%), et les prévisions pour 2014 oscillent entre 1,75% et 2%. L’endettement des ménages reste un des challenges les plus importants pour les années à venir. Le chômage, même s’il perdure, est en baisse.